Le jus d’herbe de blé, par voie orale… ou rectale !

Herbe de blé

Nous avons vu dans un autre article l’incroyable potentiel thérapeutique de l’herbe de blé.

Le jus d’herbe de blé se boit seul ou mélangé à d’autres jus car certaines personnes le trouvent trop fort en bouche. Nous abordons aujourd’hui une autre façon toute particulière de prendre le jus d’herbe de blé : en implant rectal.

L’intérêt de cette méthode réside dans le fait que la voie rectale permet d’éviter la dégradation du jus par les sucs digestifs et les divers acides présents tout au long du tube digestif.

Le jus introduit dans le rectum va rapidement passer dans le sang car la paroi du rectum est richement vascularisée et possède un excellent pouvoir d’absorption.
Plus précisément, une partie du jus ira directement dans la circulation sanguine par l’intermédiaire des veines rectales inférieure et moyenne se déversant dans la veine iliaque interne, et une autre partie, absorbée par la veine rectale supérieure, passera d’abord par le foie car cette veine se déverse dans la veine porte, juste avant le foie.

Tout personne intéressée par sa santé connaît bien les bienfaits du nettoyage du foie. Je réfère le lecteur au magnifique livre d’Andreas Moritz, L’incroyable nettoyage du foie et de la vésicule biliaire, véritable bible sur ce sujet. À cet égard, le jus d’herbe de blé sera un instrument puissant de régénération hépatique.

 

L’implant rectal est une pratique simple, indolore, anodine

Il se pratique à l’aide d’une petite poire rectale, qui ne coûte que quelques euros et peut être utilisée pendant des années. On peut également utiliser une seringue avec embout plastique souple, plus difficile à trouver.

 

Attention, un implant rectal n’est pas un lavement !

L’implant, de quelque 5 à 10 centilitres seulement, est trop peu volumineux pour passer dans le côlon. Il n’est pas non plus destiné à être évacué car il va être absorbé rapidement lors de son introduction dans le rectum, tout comme un suppositoire. C’est le but recherché.

Au début, une rééducation du sphincter anal sera peut-être nécessaire, mais l’idée est bien de garder la totalité de l’implant. Commencez avec quelques centilitres si vous avez des doutes sur votre capacité de rétention.  

On prendra donc l’implant après un lavement ou une irrigation du côlon afin de dégager le rectum, ce qui retardera le besoin d’aller à la selle.

Un lavement consiste en une seule introduction dans le côlon d’un maximum de 2 litres d’eau – contenance habituelle d’un bock à lavement, ce qui est aussi la contenance moyenne d’un côlon, ou gros intestin.

Une irrigation elle, dure plus longtemps qu’un lavement. Elle est un procédé par lequel, au cours d’une séance d’une heure ou une heure et demie, une vingtaine de litres d’eau seront passés dans le côlon, en alternant l’introduction d’eau propre suivie de son évacuation chargée des matières qui pouvaient stationner dans le côlon et empoisonner l’organisme.

Le côlon est en effet poreux ; il est le dernier organe par lequel les nutriments du bol alimentaire sont absorbés dans le sang. D’où l’intérêt d’avoir un côlon propre et sain…

Une irrigation du côlon peut se faire chez un praticien spécialisé selon une méthode dite « en circuit fermé » (on n’entend rien, on ne voit rien, on ne sent rien – peut-être pas la meilleure façon de se reconnecter à son corps…), ou en « circuit ouvert » avec la planche Colon-net, qui permet de procéder à ce nettoyage chez soi, seul, sans aucune intervention extérieure.

Les deux méthodes sont comparées exhaustivement dans cet article.

 

Lavement au jus d’herbe de blé

Bien sûr, si on peut prendre le jus d’herbe de blé en implant rectal, on peut aussi parfaitement le diluer dans l’eau d’un lavement ou dans le bidon de la planche Colon-net.

L’implant, avec le jus pur, sera juste plus puissant. On pourrait aussi faire un lavement avec 100 % de jus pur, mais il en faudrait beaucoup !

Si vous ne faites pas pousser l’herbe de blé chez vous (procurez-vous le Kit de démarrage !), vous utiliserez avec profit de la poudre d’herbe de blé pour vos implants rectaux.

La chlorophylle, contenue en particulier dans l’herbe de blé, introduite dans l’organisme par voie orale ou rectale, est certainement l’un des moyens de santé naturels
les plus prometteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.