Nouveau coup dur porté au lobby nucléaire !

Explosion de la centrale nucléaire de Fukushima

Les Japonais viennent d’élire un gouverneur antinucléaire à la tête de la région où se trouve la plus grande centrale nucléaire du monde. Or, l’autorisation du gouverneur est requise pour la remise en service des réacteurs arrêtés depuis Fukushima !

Cette information de la plus haute importance ne fait hélas pas la une des médias en France.
L’AFP elle-même ne l’évoque (cf. l’extrait ci-dessous) que pour en signaler ses lourdes conséquences… sur le cours en bourse de Tepco, le maudit propriétaire des centrales de Fukushima et de Kashiwasaki.

Rappelons que cette dernière installation avait été sérieusement bousculée par un important séisme en juillet 2007.
A cette époque, mon ami Stéphane Lhomme, directeur de l’Observatoire du nucléaire, avait été invité sur le plateau de « C dans l’air » (France 5).
Il y avait déclaré (curseur à 20 min 30 s) qu’il fallait fermer d’urgence et définitivement au moins 20 réacteurs au Japon si l’on voulait éviter un nouveau Tchernobyl.

Bien évidemment, l’avis d’un militant antinucléaire a peu de chances d’être entendu… Trois ans plus tard, c’était Fukushima.

On notera que, suite au séisme de 2007, l’Agence internationale pour l’énergie atomique avait dépêché une mission dirigée par le français Philippe Jamet, haut dirigeant de l’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN).
Mais le rapport publié s’était contenté de quelques recommandations anodines, assurant que les centrales japonaises pouvaient résister à tout événement sismique ou climatique. Une nouvelle démonstration de la « compétence » de l’ASN…

 

Le nucléaire vit ses dernières années

Aujourd’hui, 3 seulement des 54 réacteurs nucléaires japonais sont en service mais le gouvernement de l’ultranationaliste (et ultra-pronucléaire) Shinzo Abe fait pression par tous les moyens pour essayer d’obtenir le redémarrage d’autres réacteurs, malgré l’opposition de la population.
Bonjour la démocratie…

nucleaire-non-merci

Heureusement, ces réouvertures sont contrecarrées par des décisions de justice ou par le véto de certains gouverneurs régionaux. Voilà pourquoi l’élection de Ryuichi Yoneyama à la tête de la région de Niigata est un coup terrible porté aux projets fous des pronucléaires (et au cours en bourse de Tepco).

Ce courageux nouveau gouverneur va refuser la remise en service des 7 réacteurs de Kashiwasaki.
Bravo à lui et à ses électeurs.

Sous peu, les trois réacteurs japonais en service devront s’arrêter pour maintenance et, comme ce fut déjà le cas pendant près de deux ans en 2014 et 2015. A ce moment, le Japon fonctionnera à nouveau avec 0% de nucléaire.
Or, si 130 millions de Japonais peuvent vivre sans nucléaire, comment prétendre encore que c’est « impossible » pour deux fois moins de Français ? CQFD.

🙂

 

Extrait de la dépêche AFP de ce jour :

– Tepco dévisse de 8% –
Sur le front des valeurs, la compagnie d’électricité Tepco a enregistré la plus forte chute du Nikkei (-7,89% à 385 yens) au lendemain de l’élection d’un gouverneur antinucléaire dans la préfecture de Niigata (nord-ouest du Japon). Ryuichi Yoneyama, 49 ans, a remporté dimanche la tête de cette région où se trouve la plus grande centrale atomique du Japon, Kashiwazaki-Kariwa, qui compte sept tranches. Or Tepco espérait sauver ses finances en relançant ces réacteurs, les seuls qui lui restent après l’arrêt des deux centrales de Fukushima à la suite de l’accident catastrophique de mars 2011.
http://www.romandie.com/news/Tokyo-le-Nikkei-finit-en-hausse-de-026-prudent-a-laube-de-la-saison-des/745125.rom

 

PS : Je conseille à ceux qui sont intéressés par le sens profond de l’actualité liée à l’industrie nucléaire de lire tout ce qu’a publié Benjamin Creme sur le sujet. En particulier le livre
« Le Rassemblement des Forces de Lumière » qui décrit la mission spirituelle de nos Frères de l’espace, dont une grande partie consiste à nettoyer notre atmosphère des effets dévastateurs de nos centrales nucléaires.
Nos scientifiques n’ont même pas les instruments adéquats pour mesure sur les plan subtils de la matière tout les maux qu’engendre la fission de l’atome. Même si la pollution nucléaire est toujours la cause de nombreux problèmes de santé graves (totalement ignorés par la médecine officielle), sans l’intervention permanente de nos Frères de l’espace, notre air serait depuis longtemps totalement irrespirable.
Ils ne peuvent nous aider que dans la mesure où notre karma le leur permet, bien sûr ; ce serait trop facile, sinon…