Boire 2 litres d’eau par jour? Foutaise !
Je ne bois jamais, et c’est très bien ainsi.
Je vous explique…

Ne pas boire est normal

Je suis conscient de mettre les deux pieds dans le plat avec ce titre provocant qui ne manquera pas d’interpeller plus d’un lecteur victime de l’imbécile injonction généralisée à « boire beaucoup » – de l’eau, bien sûr – encore heureux 🙂

Le sujet est clos, et ne prête à aucune discussion.
Tout le monde est d’accord : « il faut boire autour de 2 litres d’eau par jour », selon la pensée unique du nutritionniste moyen dont la caractéristique principale est d’être en panne permanente d’inspiration. Vous savez, ceux qui affirment qu’« il faut manger de tout »… (J’ai commenté cette phrase idiote dans mon livre Et si on s’arrêtait un peu de manger… de temps en temps.)

Et la plupart des journalistes relaient cette pensée unique, sans se préoccuper d’aller chercher plus loin que les recommandations affligeantes relayées par les nutritionnistes précédemment mentionnés.

Pourtant, je le répète, je ne bois jamais.
Pourquoi ?
Rien de plus simple : je n’ai jamais soif !
Loin de moi l’idée de me faire violence ou de me forcer à ne pas boire. (Et puis quoi aussi !)

Oui mais dit-on, « il ne faut pas attendre d’avoir soif ; il faut se forcer à boire, parce que c’est important ».
Ces propos imprécatoires sont dénués de tout fondement scientifique, et simplement de toute logique.

Je n’ai encore rencontré personne qui sache m’expliquer pourquoi je devrais prendre plus de liquide que mon corps ne m’en demande.
Encore une fois, l’être humain se veut plus intelligent que la nature.
Il ne comprend rien à ses lois, ne s’y intéresse pas beaucoup, et voudrait leur substituer le produit de son mental perturbé.

Personnellement, je préfère de loin écouter les messages que mon corps me transmet.
La nature sait mieux que nous ce qui est bon pour nous.
C’est incontournable.

Hiver comme été. Je ne prends pas d’eau, pas d’alcool, pas de thé, de tisanes, de café, pas de jus, pas de smoothies, pas de lait… RIEN.

J’ai participé cet été à quelques tournois de tennis par des températures extérieures frisant les 50 ° C en plein soleil.
Je n’ai jamais soif. Je rafraîchis et humidifie mon visage, mon cou, mes cuisses, mais je ne ressens pas le besoin de boire.
Mes adversaires, eux, n’ont le plus souvent pas assez d’une bouteille de 2 litres pour finir la partie.

Il faut donc conclure que j’ai suffisamment d’eau dans mon corps.
Mais alors, d’où vient-elle ?!
D’après vous…
Si si, réfléchissez un peu, vous allez trouver tous seuls !

Réponse : forcément de ce que je mange !
Et qu’est-ce que je mange ?
Des fruits et des végétaux crus.

Combien y a-t-il d’eau dans les fruits et végétaux crus ?
Entre 79 et 96 %.
Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, il y a davantage d’eau dans la plupart des légumes que dans les fruits. Mais peu importe dans le cadre de cet article.

Lions buvant au point d'eau

Lions buvant au point d’eau

Exemple du règne animal

Observons nos amis les animaux : dans nos pays tempérés, ils ne boivent jamais.
J’ai des ânes, des brebis, des chèvres et je le vois bien. Je leur mets toujours de l’eau à disposition, mais son niveau ne baisse pas.
Les animaux qui vivent dans la nature ne doivent boire que lorsque l’herbe fraîche fait défaut et que les températures sont très élevées, dans les zones désertiques.
Tout comme les hommes, un animal qui reçoit un aliment idéal, frais, cru, dans son état naturel, n’a pas soif et ne boit pas.

Les animaux familiers, eux, boivent parce que nous leur donnons une nourriture sèche, industrielle, cuite.

La nature fait toujours parfaitement les choses. A chaque saison, elle nous offre son abondance de fruits et végétaux divers, parfaitement indiqués pour maintenir une santé florissante.

L’eau contenue naturellement dans les fruits et végétaux crus est organique (pas minérale).
Elle transporte des sucres, des acides aminés, des vitamines, des sels minéraux.
Cette eau est la plus assimilable et la plus riche pour hydrater l’organisme. Elle est parfaitement adaptée à ses besoins.

Sauf pathologie particulière, la soif est le marqueur le plus simple et le plus fiable pour juger de la qualité d’un régime alimentaire.
Si vous avez soif, c’est que vous ne mangez pas assez d’aliments végétaux vivants (crus).

Une étude conduite par des chercheurs de l’école de médecine de l’université d’Aberdeen (2009) a montré qu’un morceau de melon ou de concombre après une séance de sports hydrate 2 fois plus qu’un verre d’eau.
Je n’aborderai pas ici le sujet des mal-nommées « boissons énergétiques » des sportifs, purs produits d’un marketing forcené et prédateur, totalement ignorant des lois de la santé et indifférent aux considérations de santé publique.

L’eau contenue dans les aliments crus est bien plus bénéfique et désaltérante que toute autre eau consommée seule, quelle soit minérale, de source, du robinet, ou du puits de votre jardin.

Lors de mon unique repas quotidien, je consomme plus d’1 kilo de fruits frais, et un grand saladier de végétaux crus de saison.
Mon organisme dispose ainsi en permanence de tout le liquide dont il a besoin.

La meilleure preuve en est que dans certaines circonstances exceptionnelles, lorsque je suis amené à sortir de mes habitudes et à partager un repas cuit, je sais que je vais avoir soif.
Et ça ne manque pas, car la cuisson élimine l’eau naturelle des aliments.
Et donc à ce moment-là, si j’ai soif, je bois, bien sûr, et autant que mon corps me le demande.

Sauf pathologie particulière, la soif est le marqueur le plus simple et le plus fiable pour juger de la qualité d’un régime alimentaire.
Si vous avez soif, c’est que votre régime n’est pas naturel. Vous ne mangez pas assez d’aliments végétaux vivants (crus).

Il n’est pas normal d’avoir soif. Mangez sainement et vous vous libérerez du besoin permanent de boire quelque chose, dont sont victimes énormément de gens.

Ne me croyez pas sur parole ! Essayez, et vous constaterez ce fait par vous-mêmes.

Et surtout, ne vous laissez pas/plus influencer par les poncifs propagés par les médias grand public. « Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils finissent par avoir raison ».

Je reviendrai dans un autre article sur les dangers d’une surconsommation d’eau et de liquides divers.

* * * * * * *